On ne pouvait même pas dire " engagez-vous qu'y disaient " en bons romains défaits par les gaulois gavés de potion. Non, pas un gaulois à qui s'en prendre, et pourtant, c'eût été pratique : on en a soupé du temps de chien.
En regardant les photos, vous trouverez que j'exagère. C'est que sous la neige, la grêle et la pluie, sortir un appareil n'est pas chose aisée, surtout lorsqu'on y ajoute quelques bonnes vagues.



Donc, les photos ont été prises le jour 1/2 de beau temps du bigtrip. Et après tout, on ne va pas au Spitzberg en pensant aller sur le sable chaud.



Mais notre périple a viré quand même un peu à l'aventure. Les traversées de fjords, surtout en début et fin de séjour ont été très très sportives.



Heureusement que nos kayaks, chargés de matériel, tiennent bien la mer. A cette occasion j'ai découvert avec bonheur que lorsque je centre mon attention et mes efforts sur un objectif impérieux (du type : ne pas tomber à l'eau, surtout quand elle est à -2°C) , et que en plus, j'ai pris des trucs homéopathiques, je n'ai plus le mal de mer, ou presque.



Pour vous dire, le capitaine de Ny Alesund (un ancien camionneur patibulaire mais presque) nous a offert un café à l'arrivée de la dernière traversée qui nous menait à son port, et a même proposé à nos combinaison un petit tour en salle de séchage. C'est presque un traitement de rescapés.

Bigtripeurs fatigués devant la capitainerie de NY Alesund


Après cette ultime prise de risque, nous avons préféré aller jusqu'à notre dernier campement à pied, en trainant nos affaires sur une charrette.