Lors des premiers jours en bateau, nous avons fait escale à Barentsburg, ville minière russe implantée sur la côte est de Grönfjorden.
"Hello ! My name is Gladys and I'm your guide today ! Welcome here in Barentsbug !
Let's go and continue !"

Photo : Laurent Frizon, bigtripeur


En approchant l'embarcadère de Barentsburg, avec ses bateaux rouillés, les constructions bringuebalantes, la terre noire, le tout baigné de pluie et de brouillard, nous étions loin de penser que nous rencontrerions une Gladys.
Nous étions arrivés dans l'éco-musé de l'ex Union soviétique, et elle était là pour nous faire partager la grandeur du lieu. Gladys est habillée d'un pantalon en faux cuir noir, de petites chaussures de ville et d'une veste. Cheveux longs et rouge à lèvres. Elle parle d'une voix très forte, avec un ton très étudié, qui alterne des montées et descentes, et quelques intonations ironiques.



L'exploitation des mines locales a été concédée à une société soviétique dans les années 30. 850 habitants environ y vivent, à coup de contrats de 6 mois. Je ne sais pas si c'est toujours le cas, mais il y a encore peu, il semble que personne n'utilisait d'argent liquide là bas. Tout était fourni par la société minière.

" I'm sure you know this man ! ". Le buste de Staline trône au milieu de la ville, à côté de la salle de spectacle de 300 places. Il y a aussi une piscine olympique d'eau de mer chaude, une bibliothèque abondante, deux hôtels. " I don't know why, but some people compare this hotel with the Sheraton ". Sacrée Gladys...
"Let's go and continue !"



Au fronton des bâtiments publics, des fresques vantent la bonne santé des gaillards et des familles russes, profils angulaires, tout droits sortis des années 30. Deux mineurs passent par là. Bleus de travail et peau noircis, petits paniers en osiers remplis de fines barres de fer rouillées. Déjà, ça sent les conditions de travail difficiles et l'équipement vétuste. Mais les entrées de mines, même de loin, c'est effrayant.

Un engin spacial, sur la place des fêtes de Barentsburg.
Photo : Laurent Frizon, bigtripeur.



En allant voir le temple, je croise deux femmes habillées de fourrure, qui marchent en botte de cuir vers le bâtiment de style barre HLM. Avec mes triple couches de polaire, mon pantalon K-Way et mes bottes en caoutchouc, j'ai le sentiment d'être entrée dans une soirée mondaine en jogging. Sûrement encore une blague de Gladys ?

Deux plates formes ont été construites dans la ville, elles surplombent la mer, et par beau temps, on doit apercevoir les montagnes glacées d'en face. Une de ces plate forme est la place des fêtes nous dit Gladys avec un le sourire entendu de celle qui a hâte de voir revenir la fiesta.

Vue de la promenades des amoureux


Sur l'autre plate forme, une main courante et des bancs. La promenade des amoureux. C'est sans doute très romantique par temps clair, et par temps brumeux, effectivement, ça donne envie de pleurer dans une épaule accueillante.

Avant de partir, nous pouvons assister au spectacle de danses folkloriques donné spécialement pour nous par les habitants. Pour conclure la visite, Gladys nous invite à faire tamponner une carte postale à la poste, et à enchainer sur une bonne vodka dans le bar du village pour fêter ça. Ensuite, nous pourrons à loisir faire nos emplettes dans la boutique de souvenirs : " all is hand made here ! ".