La nature Islandaise est pleine de contraires, et ça la rend belle. L'eau s'y trouve sous toutes les formes : liquide, solide, gazeuse, et sous toutes les températures.

Il est fréquent que l'eau brulante et la glace se côtoient, et ça donne des tunnels et des sculptures intéressantes.

Les sources d'eau chaude d'Islande fleurissent fleurissent, comme les colchiques dans les prés de notre enfance. Et c'est un délice de quitter ses vêtements dans le froid pour mieux goûter la chaleur réconfortante de la source. Après une journée de marche, rien de tel que de trouver le bon endroit, ni trop chaud (l'eau est par endroit brûlante) ni trop froid, et de se laisser ramollir le cuir en observant la nature alentour.

A Reykjavik, cette eau chaude constitue un commerce florissant. Le Blue Lagoon (ci-dessous) est une sorte de grande piscine a ciel ouvert, dans un décors de lave, avec vestiaires, douches et entrée payante. L'eau provient de la centrale électrique géothermique voisine de Svartsengi. Elle est riche en minéraux, en silice, et en algues bleues-vertes, ce qui lui donne cette couleur laiteuse. Les sédiments sont pleins de vertus cosmétiques, et les visiteurs baigneurs s'enduisent de cette pâte mise à disposition sur les bords du bassin, pour se transformer en clowns blancs le temps d'un masque régénérant.


Sur les chemins de randonnées, l'eau peut devenir un obstacle glacial. Elle devient alors une petite torture pour les pieds bien chauffés par la marche.. et pour les mains aussi (et oui, ça glisse..). Ce jour là, la pluie et la neige nous accompagnaient.

Après les champs de lave et les déserts noirs, au détour d'une montagne, c'est tour à tour un glacier, ou une grotte de glace, ou une marche sur la neige qui nous attendent.


Et il y a même de l'eau férugineuse ! Et comme dit Bourvil, "l'alcool non ! mais l'eau férugineuse, oui !" [Cliquez ici pour revoir Bourvil et rigoler un coup]