Les êtres surnaturels font partie de la vie quotidienne d'Islande, comme les 4x4. De temps à autre, une petite maison : on croit d'abord à des sortes d'abris de jardin, mais il faudrait ramper pour récupérer le râteau... Ce sont les maisons construites pour les elfes, le "huldufólk", le peuple caché. Vous pensez que le folklore chante l'appel du touriste ? Tsss, tsss, tsss... pas du tout, du tout ! Ecoutez plutôt (avant qu'ils ne se réveillent et vous repèrent).

Maison d'elfes à landmannalaugar

Ces maisons d'elfes, elles figurent sur les cartes de tout bon ingénieur qui se respecte. Les routes se tordent et se courbent pour respecter leurs emplacement. Pas de constructions si les énergies n'y sont pas, pas de champs fauchés là où les elfes habitent.

Vous ne voulez toujours rien entendre ? Allez donc voir la tête de Terry Gunnel, LE spécialiste de la faculté de sciences sociales d'Islande, et dites moi si vous trouvez qu'il a l'air de plaisanter.

Si vous voulez en savoir un peu plus avant de voter, voici un article plus complet et documenté.

L'Ethnologie s'est penchée sur la question, et ça m'étonnerait bien que Bruno Bettelheim n'y ait pas fait référence dans La psychanalyse des contes de fées.
Les elfes sont en effet les enfants que La mère (Eve) a choisi de cacher à Dieu : elle les a jugés trop sales pour être dignes d'être vus. Dieu a dit « Ce qui doit m’être caché sera caché aux hommes ». Et voilà des générations d'elfes créés par la honte (à moins que ce ne soit par la jalousie ? Y-a-t-il un psy dans l'assistance ?) obligés de se cacher dans des trous d'eau, des montagnes, des cabanes de jardin ; contraints de ne pas grandir...